Supercalifragisexy... ou presque

Frustrations, joyeusetés, trucs de filles et blablatage de la vie quotidienne

04 juillet 2009

Trahison

Oui, je me sens trahie, ma balance m’a tout d’abord annoncé une perte de poids de 2 kg 200. Mais je n’ai pas été dupe, m’étant la veille envoyé avec joie et enthousiasme une soirée bien calorique (car bien arrosée) entre copines…

Deuxième essai, finalement 3 kg de plus que le poids affiché précédemment. Troisième essai…Bon n’en parlons plus ! Le verdict est bien que ma balance adorée me lâche. Elle me largue. Comme ça, après tout ce qu'on a vécu ensemble (ouin). Je le sentais venir, depuis des mois elle me faisait de petits mensonges. Je fermais les yeux. J’ai fait l’autruche me disant que ces petites tromperies ne prêtaient pas à lourdes conséquences.

                     balance1 

                  balance2

                  

                     balance3

Pourquoi me lâchent-elles toutes ?…La vérité fait mal, mais il faut se l’avouer : les pèse-personnes préfèrent se suicider une fois qu'ils m'ont pour propriétaire...

          

              balance4

(non je ne dirais pas VDM pour autant...je reste une optimiste malgré tout)

Posté par Coko à 12:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2008

16 minutes

                                  tram

Les transports en communs, c’est pratique ! C’est écologique ! C’est formidable ! C’est extatique ! Nan nan ok je calme mes ardeurs, ce n’est pas extatique…mais c’est pratique et écolo quand même, na !

Enfin il paraît que tout avantage est susceptible d’être suivi de sa cour d’inconvénients.

12 :23

Les portes du tram s’écartent. Moi encore toute détendue, j’y entre. Le tram est dépeuplé, pléthore de places libres toutes prêtes à m’accueillir.

12 :26

Eh ben finalement y’a du monde.

12 :29

Le gars en face de moi rumine salement son sandwich. Un morceau de tomate menace de s’en échapper d’ailleurs.

12 :30

Ca y est, la rencontre entre le sol et la tomate mayonnaiseuse a eu lieu. Le gars quitte sa place qu’il prend soin de décorer du petit sachet qui contenait encore son déjeuner quelques minutes auparavant.

12 :31

Une espèce de BoBo arrive à côté de la place de monsieur crado et me jette un regard de pitbull ultra-dangereux, après avoir fixé le papier roulé en boule sur le siège. J’abandonne l’idée de dire quoi que ce soit, la tronche sans muselière de madame me laisse présager que je ne ferais que déclencher quelque chose de regrettable…

12 :33

Que vois-je entrer dans le tram ? Tadzaaaam ! Une bande de petits « Ouaich’ouaich ». Je les trouve mignons, ils doivent avoir 13 ans… Ils sont agités, comme des gosses quoi. Jusque là tout va bien dans le meilleur des mondes me direz-vous. Ben oui… pour quelqu’un atteint de surdité. Parce qu’ils ont la fraîcheur et l’insouciance de tout moutard se retrouvant en troupeau, mais ils ont aussi leur téléphone portable MP3…En mode carrément haut-parleur s’il vous plaît, au cas où vous auriez envie d’en profiter pleinement.

12 :39

C’est le crâne plein de morceaux de Booba, Soprano et autres Sinik que je me place devant la porte du tram parmi la meute d’autres usagers de la TAN qui ne veulent qu’une chose désormais : sortir de là ! Seulement, l’arrêt Commerce est particulier. Lorsque les portes s’ouvrent, la meute sortante doit lutter comme une malade contre la meute forcenée de l’extérieur qui souhaite plus que tout rentrer dans le tram.

Echappée de là je suis LIIIIIBRE! Prête à aller attraper mon bus...

                                   portwalkman

                     

Posté par Coko à 15:16 - Commentaires [3] - Permalien [#]

01 novembre 2008

Une mamie peut en cacher une autre

Elles sont attendrissantes, les mamies. Leurs jolies petites rides témoignent soit d’une vie pleine de tracas, soit d’une vie pleine de rires. Parfois les deux.

On a toujours un élan de solidarité lorsqu’on les voit traverser sur un passage piéton, tout doucement, les jambes flageolantes.

Elles sont mimis, les mamies quand elles font prendre l’air à Mirza. Le Mirza d’une mamie c’est tout un concept, j'y reviendrai sûrement dans un futur billet. Le Mirza est souvent petit, histoire que mamie reste maîtresse de la situation.

On les trouve attendrissantes, jusqu’à….

…jusqu’à ce que l’on rentre en territoire de guerre. La surface carrelée du supermarché est un sol où roulent impeccablement les chariots lorsqu’ils n’ont pas de feuille de salade coincée dans la roue avant-gauche. Vous n’êtes déjà pas heureuse de faire les courses, alors mains agrippées au chariot, vous franchissez l’entrée du magasin avec l’intention d’en ressortir au plus vite. Vous vous êtes transformée pour un temps en GPS : pour les pizzas prenez la deuxième à gauche…pour les tomates, abrutie, c’était à droite mais vous avez dépassé le rayon…le dentifrice…déviation…bé nan connasse fallait pô t’engager là !!!

Après un temps considérable à faire des allers-et-retours (GPS de merde), vous reprenez du poil de la bête en songeant que vous respirerez sous peu l’air frais et pollué du parking. Aussi de loin vous avez repéré LA caisse dont la file d’attente ne s’allonge pas jusqu’au milieu du magasin. Vous vous dites alors que quand même, vous vous devez d’accélérer le pas, ce que vous faites. Et pile 2 minutes après que vous ayez gagné cette place dorée, vous la repérez. Elle arrive droit sur vous. Tremblez chère cliente, tremblez !

         Mamie2

A ce moment précis, vous ne savez pas encore comment Mamie va procéder. Car ces mamies-là ont 2 méthodes d’attaque :

-la méthode 1 : la culpabilisation pas gentille. La mamie se place à côté de vous. Au fur et à mesure que les secondes s’écoulent, vous sentez le coupe-vent de la petite dame de coller de plus en plus contre vous. Vous la soupçonnez d’hésiter à vous donner un violent coup de postérieur pour vous éliminer de la file d’attente. Au bout d’1 minute et 23 secondes, vous commencez à entendre un grommellement qui se fait de plus en plus distinct. « Les jeunes…ggmbl…aucun respect…mmrfflll…Et ma sciatique qui m’reprend….ggnnaark… les p’tits cons d’aujourd’hui…grgmbbl…un bon coup d’pied dans l’cul, oui…»

-la méthode 2 : la culpabilisation gentille. La mamie arrive donc et se place derrière vous dans la file d’attente. Vous retenez votre respiration, vous demandant à quelle sauce vous serez mangée. Et là :

                Mamie - « Vous en avez de beaux cheveux mademoiselle

                 Coko  - Merci, c’est gentil

                   M.   - …*sourire*

                   C.    - …*sourire frémissant*

                   M.   - Quand j’étais jeune j’avais des longs cheveux moi aussi. Enfin…Le temps

                   passe…*regard perdu dans le vague*

                   C.    - …

                   M.   - Qu’est-ce qu’il y a comme monde…Dire que je suis venue cet après midi exprès

                   pour ne pas avoir à rester trop longtemps debout ! *regard angélique*

                   C.    - … (ayayaye ça va me tomber dessus)

                   M.   - Normalement mon fils, il aurait dû venir me voir. Il m’aurait aidée… Mais bon, il

                   est marié, il a des enfants, il a sa vie… Donc je me débrouille toute seule, avec mes   

                   rhumatismes et mes douleurs partout et mon Mirza resté tout seul à la

                   maison… Mais bon, puisqu’il faut attendre… »

Difficile de lutter. Malgré l’énergie que déploie votre esprit, il se laisse couler lentement mais sûrement dans une épaisse culpabilité bien collante. Mamie obtient ce qu’elle convoite, vous et vos quelques articles reculez d’une place, histoire de ne pas vous faire aplatir par le chariot plein à ras-bords de Mamie-manipulatrice.

Heureusement chers amis, seul un petit pourcentage de nos mamies-adorables est capable de muter ainsi en Terminator. Mais restez vigilants, la menace rôde...

Posté par Coko à 10:26 - Commentaires [3] - Permalien [#]

25 octobre 2008

Joyeux non-anniversaire

J’adooore les dessins animés Disney, qu’on se le dise !

Aujourd’hui c’est au sujet d’Alice aux Pays des Merveilles que j’ai envie d’écrire. Les gens soit le détestent, soit l’adorent. Je suis de ceux qui adorent. Ce qui me séduit c’est ce petit côté « à l’envers » et illogique. C’est de l’étrange à l’état pur mêlé à un soupçon d’humour noir.

Et alors j’ignore si le dessin animé reprend exactement l’œuvre de Lewis Caroll mais si tel est bien le cas, alors je soupçonne lourdement le monsieur de s’être adonné à des jeux de consommation de produits d’un autre monde.

  • Un lapinou archi-névrosé, limite atteint de tocs. Monsieur Lapin est obsédé par l’heure « Je suis en r’tard ! » et sa maison n’est remplie que de meubles en forme de lapin. Vous remarquerez que sa demeure elle-même a d’adorables oreilles.

  • Un dodo inventeur de la course saugrenue et qui a un goût certain pour la pyromanie.

  • Des fleurs mélomanes tout à fait charmantes mais pro-ségrégation raciale…

  • Des jumeaux, Tweedle-Dee et Tweedle-Dam, cancaniers invétérés mais fabuleux conteurs.

  • Une chenille accro à son narguilé qui contient à mon humble avis une substance illicite… Notez aussi qu’elle cause un langage sms coloré à l’aide de la fumée exhalée.

  • Le chat de Cheshire . Un discours sans ordre, un manque de sens exaspérant, il a la lucidité tout de même de se savoir complètement taré et s'en amuse. En plus il peut se tenir debout sur sa propre caboche , ce désaxé…

  • Une reine. Cette femme est gigantesque à côté de son petit roi de mari…Son royaume n’est qu’exclusivement composé d’êtres masculins menacés d’entendre à tout moment un retentissant « Qu’on lui coupe la têêêête ! »… L’arrivée d’Alice (une fille…) sur son terrain l’insupporte, et elle ne manque d’ailleurs pas de l’informer d’entrée de jeu que « Une tête, ça se coupe ! ». Castratrice…

               imagealiceinwonderland

Posté par Coko à 15:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 octobre 2008

Comme je le disais dans mon premier (et ô combien minuscule) article, j’inaugure !

Non pas que j’ai de rocambolesques aventures dignes d’une Bridget Jones à vous donner à becqueter. Car une Bridget Jones méritante vous nourrirait de savoureuses et nombreuses histoires de cul d’amour, d’anecdotes de cache-cache avec un Mr Vise-Nibards, ou encore de sobres essayages de pull-overs à tête de rêne….

Compteurs à zéro ! Les histoires de cœur ne se bousculent pas plus dans ma vie que dans celles des coupines, (plus) aucun Mr Vise-Nibards aux proches alentours, et le dernier pull hallucinogène que j’ai porté date de….nan y’a pas si longtemps que ça en fait (mais c’était pas d’ma faute !).

                         Coko est une fille nor-ma-le !

                                ... enfin presque.

                              pull_t_te_de_rene

Posté par Coko à 12:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 octobre 2008

Bon...

Bon ben... Voilà-voilà-voilà...

Ca y est je l'ai créé...

...mon blog

Posté par Coko à 20:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]